Un Ecla sur l’eau Exequiel Cano Lanza

Publié le par Florencia Cano Lanza

06h00
Par BERNADETTE DUBOURG
0 commentaire(s)

Un Ecla sur l'eau

Ce nouveau bateau, sorte de mini-yacht atypique, est destiné à un hôtel de luxe

 Cet Ecla 29 est destiné à un hôtel de luxe en Méditerranée. PHOTO FRANCK PERROGON

Cet Ecla 29 est destiné à un hôtel de luxe en Méditerranée. PHOTO FRANCK PERROGON

C'est un bateau en apparence tout simple, comparé à ses voisins sur le port d'Arcachon. Long et fin. Entièrement découvert. Peinture blanche, sièges, banquettes et bain de soleil à l'arrière en skaï beige, habillage et table en teck gris. Sous les banquettes, cependant, des coffres, un moteur de 375 CV et une technologie de pointe.

Pouvant embarquer jusqu'à 12 personnes, ce bateau de 9 mètres, tout en sobriété et discrétion, quitte ce matin le port d'Arcachon pour les eaux de la Méditerranée où il devrait transporter les clients d'un hôtel de luxe.

Quatre modèles

Cet Ecla Open (pas encore baptisé) est le troisième bateau du jeune chantier naval bordelais Ecla, créé l'an dernier par Exequiel Cano Lanza. Cet architecte naval âgé de 40 ans, Argentin d'origine, qui s'est associé, pour l'occasion, à un ami importateur de bois précieux, Arnaud Champeil, est un ancien de chez Couach. Il a travaillé durant quinze ans dans ce chantier naval spécialisé dans le yacht de luxe à Gujan-Mestras.

« J'ai rencontré Guy Couach sur la Côte d'Azur alors que j'étais en vacances avec ma famille. Je finissais mes études, raconte volontiers Exequiel. Couach m'a permis d'apprendre à dessiner des bateaux. J'ai aussi appris ce qu'il fallait faire, et surtout ce qui ne marche pas. Il m'a également ouvert beaucoup de portes », reconnaît ce passionné de bateaux qui collabore d'ailleurs toujours avec Couach, par le biais du cabinet d'architecte naval, Clyd, qu'il a d'abord créé l'an dernier à Gujan-Mestras, avant de fonder le chantier naval.

Exequiel Cano Lanza fait souvent appel aux mêmes sous-traitants que Couach, pour la sellerie et la peinture. Le bateau a été assemblé chez Composite Système Composite à Artigues-près-Bordeaux.

Sur le port

Après avoir installé son chantier naval aux bassins à flot à Bordeaux, il vient de le déménager à Mérignac, avec l'espoir de le transférer l'an prochain au futur pôle nautisme sur le port d'Arcachon où il est déjà chez lui.

Avec sa société, il voulait donner libre cours à ses envies. Sobres et mesurées. À partir de la coque de 9 mètres, il décline pour l'instant quatre modèles : le classique, le bimoteur, l'avant ponté (avec cuisine) ou l'open, comme celui-ci, « plus léger, plus ludique ». « On les "customise" à la demande, avec des peintures ou des selleries spéciales », s'amuse Exequiel.

Ce sont presque des petits yachts de luxe. L'été dernier, une dizaine d'amis se sont regroupés pour lui acheter son premier Ecla 29, baptisé « Wane », qui navigue toujours sur le Bassin. Le second Ecla, mis à l'eau en juin, navigue en Corse. Ce troisième modèle est vendu 145 000 euros, contre 195 000 euros pour le modèle classique.

Gironde·Arcachon·Bordeaux

Publié dans florencia cano lanza

Commenter cet article