Critique de macbett au festival d'avignon

Publié le par florencia cano lanza

CA FONCTIONNE ILLICO !

Une question de Lady Duncan qui nous vient d’Outre-Manche : Qui veut tuer mon mari ? …ding…ding…ding… Allez, je tente ! Ban-co ! Ban-co ! Ban-co ! Et vous avez bien raison... Car le spectacle fonctionne illico.

Dans le drame shakespearien de Macbeth remoulé par Ionesco en dérision grotesque de Macbett, tout est question de pouvoir, d’allégeance, de règles à suivre, à transgresser, de trahison, de destinée. Et les Dramaticules allient finesse et robustesse de jeu et créativité de la mise en bouche.


C’est la rébellion de deux amis contre leur souverain, comme bon nombre avant eux et bien d’autres par la suite ; ils s’entretueront pour le titre. Le plus avide, Macbett, aura raison de tous, sauf de la vengeance proclamée de la chair et du sang. Dans la lignée du mythe des Atrides, l’Histoire se répète, mais comment l’enrayer ? La fatalité s’abat sur nos héros en quête de toute puissance. Tout est question de croyance, en soi, en les autres, en la sorcière qui leur prédit l’avenir ; mais comment vivre au présent quand on connaît son futur ? Une « leçon » de philologie où l’on débite sans délaisser la prosodie, où on articule à vitesse grand V sans jamais dérailler. Essayez vous-même ce petit exercice de mise en condition (à lire le plus rapidement possible) : La compagnie des Dramaticules joue un jeu juste, joyeux, dynamique, esthétique, énergique, électrique, empirique, vampirique, fantastique, chaotique, caustique, atypique, tactique, bluffant, troublant, marrant, exaltant, palpitant, questionnant et intelligent.

Bien que ce Macbett soit tout jeune - la création date d’il y a un an à peine et l’équipe de comédiens n’excède pas en âge la trentaine - il y a du monde au Balcon ! Présent pour trois semaines au festival Off d’Avignon, ce spectacle n’a rien à envier à La Cantatrice Chauve, du même auteur, jouée depuis 1957 au théâtre de la Huchette. Toutes deux laissent transparaître de façon explicite la critique de Ionesco, où l’ambition induit le délitement des amitiés et la quête de pouvoir mène les rapports humains. Dans cette optique, la reconnaissance du minoritaire passe inexorablement par la montée du terrorisme. Extrêmismes et despotisme y sont traités comme des questions inhérentes à l’Homme, et plus que jamais d’actualité. Un spectacle pertinent, à la plastique impeccable, servi par une maturité de jeu et une mise en scène inventive qui tiennent du prodige.

Elsa MINGOT
www.ruedutheatre.info

Macbett, d’Eugène Ionesco La compagnie des Dramaticules
Mise en scène de Jérémie Le Louët Avec J. Le Louët, N. Guedj, L. Papot, J. Buchy, F. Cano-Lanza, H. Dillon, A. Courret
Scénographie de V. Destiné

Festival Off Avignon Théâtre du Balcon – 38, rue Guillaume Puy – Réservation 04 90 85 00 80
Du 7 au 29 juillet – 22h30 Tarifs : 16 / 11 / 5 €

Publié dans Critique

Commenter cet article