"Fin de partie" de Beckett

Publié le par florencia cano lanza

Théâtre
«Le Prince de Hombourg» et «Fin de partie»
Hauts en couleur

...................................................
Maïté Sélignan , 15 mars 2005
...................................................

Fin de partie.Noir et blanc. Noirs les costumes, blanches les lumières, noir et blanc le damier au sol, gris les visages. C'est un peu systématique mais, finalement, le choix de la partie d'échecs pour cette pièce de Beckett est plutôt judicieux. D'abord pour son esthétisme : les faciès, maquillés de différentes teintes de gris, sont beaux, expressifs, amusants. Puis, pour sa pédagogie : de ces deux couleurs surgissent des repères, des balises qui guideront les novices sur le chemin de l'absurde. Quant aux avertis, ils se délecteront, notamment grâce aux comédiens, tous excellents dans leurs styles respectifs.

Fin de partie, de Samuel Beckett, mise en scène de Béatrice de la Boulaye, avec Paul Delise, Walter Dickerson, Florencia Cano Lanza, Oisin Stack ou Charles Lépine. Jusqu'au 26 mars, du mardi au samedi à 21 heures, au Théâtre de Nesle, 8, rue de Nesle, Paris VIe. M° Odéon. Tarifs : de 11 à 15.Location : 01.46.34.61.04.

Publié dans Critique

Commenter cet article